Centres de conseil aux femmes enceintes

Plus d’argent prévu pour le conseil en matière de grossesse

Les 40 centres de conseil aux femmes enceintes du pays ne se contentent pas de conseiller les futures mères, ils s’occupent également des urgences financières et des questions de partenariat.

L’année dernière, les centres de conseil aux femmes enceintes de Saxe-Anhalt ont fourni des conseils et une assistance à environ 28 900 femmes et hommes. C’est environ 1000 de plus que l’année précédente, mais environ 1000 de moins qu’en 2013 et 2014, selon l’Office de l’administration de l’État.

Il existe 40 établissements de ces centres de conseil dans tout le pays. Ils s’occupent des femmes enceintes, mais aussi des personnes qui veulent avoir des enfants ou qui connaissent des problèmes financiers ou des conflits.

Depuis 2008, ils sont financés par l’État avec des taux forfaitaires constants. Le ministère des affaires sociales, dirigé par le SPD, prévoit pour la première fois une augmentation.

Augmentation du budget annuel alloué aux centres de conseil aux femmes enceintes

Selon le ministère, un projet prévoit d’augmenter le montant de la somme forfaitaire de 56 800 euros actuellement par centre de conseil avec un conseiller à plein temps à 65 7200 euros. À l’avenir, 51 900 euros seront versés pour le deuxième expert en conseil au lieu des 42 000 euros actuels, selon un porte-parole du ministère.

Les statistiques de l’Office de l’administration publique montrent que les femmes et les hommes de tous âges se tournent vers les centres de conseil. Par exemple, plus de 200 personnes de moins de 15 ans ont demandé des conseils et de l’aide, dont 53 garçons. Au total, 39 cas ont fait l’objet d’une consultation sur les conflits liés à la grossesse.

La tranche d’âge la plus fréquemment consultée est celle des 25-30 ans. Ce groupe représente 28 % de tous ceux qui cherchent de l’aide. Dans la tranche d’âge des 45 ans et plus, environ 200 femmes enceintes et environ 500 femmes non enceintes et près de 280 hommes ont bénéficié de conseils.

Le spectre de travail des centres de conseil est large. L’information sur le droit social a fait l’objet de la quasi-totalité des consultations, dans plus de 3400 cas le planning familial a été concerné, dans un peu plus de cas la contraception.

Les aspects médicaux de la grossesse ou de l’accouchement étaient encore plus demandés. Les statistiques font état de plus de 7200 cas. Les questions générales sur le partenariat et la famille ont également joué un rôle majeur.

Malgorzata Molak, conseillère et responsable du centre de conseil aux femmes enceintes de la Croix-Rouge allemande à Halle-Neustadt, a fait état d’un nombre croissant de services de conseil, dû essentiellement à l’immigration.

Cette année, par exemple, elle et un collègue ont déjà réalisé plus de 1 200 consultations, plus des événements de groupe sur la prévention dans les écoles. Les consultations sont devenues plus complexes ces dernières années. D’une part, cela est dû à la réglementation du droit social, et d’autre part, les migrants sont plus nombreux à demander des conseils. La communication est plus difficile. La proportion de personnes issues de l’immigration parmi les clients était d’un tiers, et encore plus élevée chez les femmes enceintes.

L’expert estime qu’une augmentation des montants forfaitaires pour le financement des centres de conseil est nécessaire de toute urgence. Les salaires ont été augmentés et les autres coûts ont également augmenté. “Le prestataire doit apporter une contribution propre substantielle”. Des tentatives sont faites pour réduire les coûts. Il y a moins de formation, et un fournisseur de téléphone moins cher a été choisi. “Nous n’avons pas changé notre équipement depuis des années.” Mais un centre de conseil doit aussi avoir pour objectif de mettre les clients à l’aise.

Quel est le rôle des centres de conseil aux femmes enceintes ?

“Le travail dans le centre de conseil est très varié”, a déclaré Mme Molak, qui travaille comme conseillère en matière de grossesse depuis 2002. Seul un cas sur dix environ fait appel au conseil en cas de conflit. Il s’adresse aux femmes qui ne sont pas sûres de vouloir ou de pouvoir garder leur enfant.

De nombreuses personnes à la recherche de conseils ont besoin d’un soutien financier. Les conseillers aident ensuite à présenter des demandes aux fondations. Mais il faut aussi remplir des demandes d’allocation parentale compliquées. Les hommes venaient souvent, mais rarement avec leurs propres préoccupations. Molak note cependant que les hommes s’intéressent tout autant que les femmes aux questions de grossesse.

Une plus grande attention a récemment été accordée aux examens prénataux, qui peuvent identifier d’éventuelles incapacités chez l’enfant à naître. Les couples ont alors voulu savoir ce que cela signifierait si un enfant était éventuellement handicapé. Mais les traitements de la fertilité sont également un thème récurrent.