Embryons humains implantés en milieu de laboratoire

Pour la première fois, des chercheurs ont observé en détail le développement d’embryons humains dans des boîtes de culture pendant deux semaines. À l’âge d’une semaine environ, les embryons se sont attachés à une substance artificielle au lieu de l’utérus et ont continué à se développer. Dans un processus d’auto-organisation, les cellules de l’embryon s’engagent sur des voies de développement différentes, totalement indépendantes des influences maternelles. Ces expériences sont d’un grand intérêt scientifique. Jusqu’à présent, il n’a pas été possible d’étudier les processus impliqués dans l’implantation de l’embryon en dehors de l’utérus. Cependant, nous sommes encore loin de la vision de l’ectogénèse, c’est-à-dire de la croissance d’un enfant hors du ventre de sa mère. Les résultats sont également intéressants d’un point de vue éthique et philosophique.

Les chercheurs exigent de nouvelles règles

Dans un commentaire sur ces études, les scientifiques demandent que la “règle des 14 jours”, qui a été pratiquée dans de nombreux pays, soit mise à l’épreuve. Selon cette règle, les embryons peuvent se développer pendant un maximum de 14 jours en dehors du corps de la mère au laboratoire. Les études présentées sont sur une trajectoire de collision avec cette ligne, écrivent les commentateurs dans Nature. Maintenant que la culture d’embryons humains au-delà du 14ème jour semble être à portée de main, le règlement doit être reconsidéré afin de rendre justice à la recherche et aux éventuelles préoccupations morales à l’avenir.

La “règle des 14 jours” s’applique aux chercheurs sur les embryons dans des pays tels que l’Australie, le Canada et les États-Unis, mais aussi dans certains pays européens comme le Danemark, la Suède et la Grande-Bretagne. Dans certains de ces pays, elle est mentionnée dans la loi, dans d’autres dans des directives scientifiques.

La loi interdit la recherche sur les embryons

Dans beaucoup de pays, de telles expériences ne seraient de toute façon pas possibles. La loi sur la protection des embryons interdit complètement la recherche sur les embryons. Les embryons peuvent être créés dans le seul but d’induire une grossesse, par exemple dans le cadre d’une insémination artificielle.

Les œufs fécondés se nichent dans la paroi de l’utérus sous la forme d’un amas sphérique de cellules vers le septième jour de leur développement. Les cellules se spécialisent ensuite. De certains d’entre eux, l’embryon lui-même émerge, d’autres le placenta, qui assure sa nutrition pendant la grossesse. Cette partie du développement humain était une boîte noire complète.

Les essais ont  déjà été testée sur des souris

Afin de mieux étudier les processus, ils ont utilisé une technique précédemment établie sur les souris. Les scientifiques ont cultivé les embryons en utilisant une solution nutritive optimisée et leur ont fourni un échafaudage auquel ils pouvaient s’attacher.

En marquant chimiquement différents types de cellules dans l’embryon, les scientifiques ont suivi son développement. Ils ont ainsi pu observer comment l’épiphaste, les cellules à partir desquelles l’enfant complet est formé pendant la grossesse, se sépare des deux lignées cellulaires d’où sortent le placenta et le sac vitellin. Étonnamment, en l’absence totale d’apport maternel, le développement dans notre système était normal pendant au moins les 12 premiers jours. Les équipes ont arrêté les expériences au bout de deux semaines, conformément aux accords internationaux sur la recherche sur les embryons.

Le système de culture cellulaire permettra d’étudier pourquoi certaines grossesses se terminent si tôt et pourquoi les méthodes d’insémination artificielle ont un taux de réussite aussi faible, espèrent les scientifiques. En outre, cette technologie pourrait être utilisée pour faire progresser le développement de thérapies utilisant des cellules souches embryonnaires.

Les études ont jeté les bases d’une meilleure compréhension du développement embryonnaire au-delà de l’implantation. Avec leur forme largement aplatie et bidimensionnelle, les embryons cultivés ne sont manifestement pas des modèles parfaits de développement embryonnaire normal en trois dimensions.