L’existence des maternités est menacée par la pénurie de sages-femmes en Allemagne

Les futurs parents doivent être préparés à des distances plus longues. Les associations demandent instamment que davantage de places de formation pour les obstétriciens soient créées rapidement.

De nombreuses maternités de Basse-Saxe sont soumises à une forte pression en raison du manque de sages-femmes et de personnel infirmier. L’Association des hôpitaux de Basse-Saxe (NKG) et l’Association des sages-femmes de Basse-Saxe demandent une amélioration des conditions de travail et des efforts accrus en matière de formation, faute de quoi on risque de voir encore plus de fermetures de services. “Les soins aux futures mères dans les hôpitaux sont assurés, mais les chemins sont de plus en plus longs”, a déclaré le directeur de l’association NKG. Il a déclaré qu’il fallait également envisager d’autres moyens de financer l’obstétrique. C’est le tour du gouvernement fédéral”, a-t-il dit.

Il y a 15 ans, il y avait 107 hôpitaux en Basse-Saxe où des enfants pouvaient naître. Selon l’Association des hôpitaux, il n’y en a actuellement que 73, l’hôpital de Wittmund, par exemple, ne pourra plus proposer d’obstétrique. Les futurs parents devront déménager à Aurich, Wilhelmshaven ou Varel. L’hôpital Hélios de Gifhorn a fermé sa salle d’accouchement à partir de ce lundi et jusqu’au 22 décembre. Hélios a annoncé que la pénurie de spécialistes déjà existante a été aggravée par des absences pour cause de maladie et de grossesse. L’hôpital verse aux sages-femmes une prime de départ de 5000 euros lors de leur embauche.

Personnel recherché d’urgence

Pour lutter contre la pénurie, la table ronde “Soins de sage-femme en Basse-Saxe” a été mise en place sous les auspices du ministère de la santé et se réunira à nouveau mercredi. “Les effectifs des différents services sont très faibles. En fait, il devrait y avoir un emploi à temps plein pour 100 naissances par an, actuellement un emploi pour 130 naissances”, a déclaré la présidente de l’Association nationale des sages-femmes. Dans le quartier de Diepholz, d’une superficie de près de 2000 kilomètres carrés, il n’y a plus de salle d’accouchement depuis un certain temps.

Six postes de sage-femme sont actuellement vacants dans les trois maternités de la Clinique de la région de Hanovre (KRH) à Gehrden, Großburgwedel et Neustadt am Rübenberge. “Les postes vacants ne peuvent pas être pourvus aussi rapidement qu’on le souhaiterait”, a déclaré le porte-parole du KRH. La situation est cependant stable. À Oldenburg, en revanche, la salle d’accouchement de l’hôpital Pius sera fermée le 1er janvier 2019. L’hôpital a annoncé que les femmes qui accouchaient pouvaient passer à l’hôpital protestant et au centre clinique. On ne s’attend pas à des goulets d’étranglement.

Davantage de places de formation sont nécessaires

“On doit presque doubler le nombre de stagiaires. Cela doit se faire rapidement”, a-t-elle exigé. Selon le ministère de l’éducation, 253 écolières ont été formées comme sages-femmes dans dix écoles associées à des hôpitaux dans tout le pays. Cela représente 50 places de plus, et d’autres devraient être ajoutées bientôt. Selon le ministère des sciences, le gouvernement de l’État souhaite également créer davantage de places d’études pour les futures sages-femmes. L’université des sciences appliquées d’Osnabrück, par exemple, propose un cursus de licence de 45 places pour les débutants.

La pénurie de personnel va s’aggraver, selon le patron de l’association. Environ un quart des quelque 2300 sages-femmes du pays prendront leur retraite dans les huit prochaines années. Les femmes enceintes doivent s’occuper très tôt de trouver une sage-femme pour les soins pré et post-nataux à domicile.

En outre, il y a un manque de personnel de soins intensifs dans les cliniques qui traitent les nouveau-nés prématurés et malades. Récemment, l’école de médecine de Hanovre (MHH) a indiqué que cette année seulement, elle n’a pas pu admettre 298 enfants gravement malades provenant d’autres hôpitaux parce qu’il n’y a pas assez d’infirmières en soins intensifs.