Les jeunes enfants reçoivent trop souvent des antibiotiques

Expert : l’utilisation d’antibiotiques chez les jeunes enfants est souvent inutile

La devise de l’utilisation des antibiotiques est la suivante : le moins possible. Sinon, une résistance peut se développer, rendant les infections bactériennes plus difficiles à traiter à l’avenir. Cependant, le bon équilibre n’est pas toujours maintenu.

Les experts conseillent une utilisation prudente des antibiotiques chez les nourrissons et les jeunes enfants. Un tiers d’entre eux reçoivent au moins un traitement antibiotique par an, a déclaré Reinhard Berner (53), directeur de la clinique et de la polyclinique de pédiatrie et de médecine des adolescents de l’hôpital universitaire de Dresde. Il est clair qu’il ne faut pas intervenir trop tard sur les maladies infectieuses dans cette tranche d’âge.

Cependant, de nombreux enfants ont reçu des antibiotiques inutilement. Une autre source d’inquiétude est le fait que les enfants se voient trop souvent prescrire des antibiotiques dits de réserve, qui devraient être réservés aux infections graves. Dans la plupart des cas, des médicaments éprouvés comme la pénicilline sont suffisants, a souligné le professeur.

Selon Berner, la situation s’est déjà améliorée : “Aujourd’hui, les pédiatres prescrivent les antibiotiques avec beaucoup plus de prudence qu’il y a dix ans.” En revanche, elle n’a guère changé en médecine adulte. “Les gens ont un peu appris et ont compris que la majorité des infections ne sont pas causées par des bactéries et que les antibiotiques ne peuvent donc pas fonctionner non plus.”

La fréquence de prescription diffère fortement d’une région à l’autre, selon l’expert. Il est évident que l’antibiothérapie n’était pas seulement fondée sur des bases rationnelles, mais qu’elle était très influencée par des habitudes et des comportements. “Traditionnellement, on prescrivait moins d’antibiotiques à l’Est qu’à l’Ouest. Mais cela arrive aussi plus souvent en Sarre qu’en Bade-Wurtemberg ou plus en Rhénanie-du-Nord-Westphalie qu’en Basse-Saxe.” Les différences d’un district à l’autre sont encore plus frappantes, a-t-il dit.

“Nous devons nous demander de manière encore plus critique pour quelles indications nous devons traiter avec des antibiotiques et dans quelles situations nous pouvons encore attendre”, a déclaré Berner. Pour cela, il faut des lignes directrices et des recommandations claires, qui doivent être respectées en règle générale. L’Allemagne n’est pas en mauvaise posture au niveau international, mais dans des pays comme la Suisse, la Finlande ou les Pays-Bas, on prescrit deux fois moins d’antibiotiques qu’en Allemagne.

Selon M. Berner, il n’existe pas de chiffres exacts sur le pourcentage de traitements antibiotiques qui ne sont pas nécessaires. Les estimations vont jusqu’à 80 %, mais il s’agit plutôt d’une “réalité perçue”. Selon lui, la plus grande marge de manœuvre des médecins pour éviter les antibiotiques concerne les maladies respiratoires telles que la bronchite, ainsi que l’angine, l’amygdalite et l’otite moyenne. “Là, dans la plupart des cas chez les enfants, on peut encore attendre ou ne prescrire que lorsque des indicateurs relativement clairement identifiables sont réunis.”

En guise d’alternative, Berner recommande généralement ,par exemple dans le cas d’une otite ,de commencer par un traitement visant à soulager les symptômes à l’aide de médicaments antidouleur et anti-inflammatoires, au moins pendant les 24 à 48 premières heures. “Si ensuite les symptômes ne se sont toujours pas améliorés, il est encore temps de donner des antibiotiques”. Les remèdes maison classiques tels que la tisane de sauge ou de camomille peuvent également être envisagés. Bien que leur effet ne soit pas prouvé, au moins aucun mal n’est fait.