Les cosmétiques pendant la grossesse influencent le début de la puberté

Depuis des années, la puberté commence de plus en plus tôt chez les jeunes – surtout les filles. Dans le cadre d’une étude à long terme, les chercheurs établissent maintenant des corrélations entre l’exposition des mères aux produits cosmétiques et aux additifs de soins personnels et le début de la puberté de leurs filles.

Influence des cosmétiques sur l’équilibre hormonal

Selon une étude, les substances contenues dans les produits de soins personnels utilisés par les femmes pendant la grossesse peuvent influencer le début de la puberté chez leurs enfants. Une étude à long terme a révélé un tel lien notamment entre les substances phtalate de diéthyle et triclosan et le début de la puberté plusieurs mois plus tôt chez les filles. C’est ce qu’a rapporté un groupe de chercheurs de l’université de Californie à Berkeley. 

“C’est important car nous savons que la puberté commence de plus en plus tôt chez les filles depuis plusieurs décennies maintenant”, cite l’épidémiologiste dans un communiqué. Un début de puberté plus précoce chez les filles augmente non seulement leur susceptibilité aux problèmes psychologiques, mais aussi le risque à long terme de cancer du sein et des ovaires, souligne-il, en se référant à des études antérieures.

Des substances sont soupçonnées d’affecter le système endocrinien

Les résultats actuels sont basés sur une étude qui a débuté en 1999 et qui a testé les effets des pesticides sur les femmes enceintes et leur progéniture – en particulier les femmes travaillant dans l’agriculture. Les chercheurs ont également examiné les effets à long terme des phtalates, des parabènes et des phénols. On soupçonne ces derniers d’affecter le système hormonal, en particulier chez les femmes.

Au total, les chercheurs ont prélevé deux échantillons d’urine sur chaque femme enceinte. Un échantillon d’urine a également été analysé sur les 338 enfants à l’âge de neuf ans. Au cours des quatre années suivantes, les chercheurs ont ensuite testé tous les enfants pour le début de la puberté en utilisant un test standard.

Menstruations jusqu’à cinq mois plus tôt

Les résultats : Si les mères contenaient beaucoup de phtalate de monoéthyle, un précurseur du phtalate de diéthyle, le développement des poils pubiens de leurs filles a commencé environ six mois plus tôt, écrivent les chercheurs. Une forte concentration de triclosan dans l’urine de la mère a ainsi été associée à une première menstruation près de cinq mois plus tôt.

Les scientifiques ont également trouvé des corrélations entre l’exposition des enfants et le début de la puberté : des concentrations élevées de méthyl paraben dans l’urine des filles étaient associées à un développement plus précoce des glandes mammaires et à une première menstruation précoce. Il en va de même pour le propyl paraben et le développement des poils pubiens. À des niveaux élevés de ces substances, le développement a commencé environ quatre à sept mois plus tôt. Chez les garçons, les chercheurs ont trouvé un lien clair uniquement pour le propyl paraben : Une concentration élevée de cette substance a été associée à une maturation plus précoce des organes reproducteurs.

Le président de la Société d’endocrinologie voit dans cette étude la confirmation des résultats d’expériences antérieures sur des souris et des rats. “Cependant, les indications du rôle possible de certaines substances, même à faible concentration, dans l’influence sur la puberté sont remarquables”, déclare le médecin. En effet, en règle générale, plusieurs substances réunies dans des mélanges provoquent de tels effets.

Il est également important pour lui de souligner que les mères examinées provenaient de couches de population à faible revenu et n’ont donc guère pu se tourner vers de meilleurs produits de soins corporels contenant moins d’additifs. D’une manière générale, le chercheur souhaite également que le public s’intéresse davantage aux substances qui n’affectent pas les hormones sexuelles, mais qui ont un effet sur la thyroïde et les hormones du stress ou sur le métabolisme des graisses. Le triclosan, qui appartient aux phénols, et les parabènes sont utilisés dans les cosmétiques et les produits de soins corporels comme agents contre les microorganismes et comme conservateurs. Le phtalate de diéthyle, en revanche, fixe les parfums.