L’examen par ultrasons pour femmes enceintes doit être une nécessité

La DEGUM veut inclure des diagnostics précis dans les directives de maternité

L’examen doit devenir une prestation de l’assurance maladie. La société spécialisée espère une détection meilleure et plus rapide des malformations.

La Société allemande d’échographie en médecine (DEGUM) exige qu’un examen par ultrasons pour un “diagnostic fin” entre la 22e et la 24e semaine de grossesse soit inclus dans les directives de maternité en tant que service standard.

C’est la réaction de l’association professionnelle à une évaluation du “IGeL Monitor” du service médical de l’Association fédérale allemande des caisses d’assurance maladie (MDS). Le MDS avait classé les examens échographiques supplémentaires pendant la grossesse, que les futures mères doivent actuellement payer elles-mêmes, comme n’étant ni nuisibles ni utiles.

DEGUM se plaint que l’évaluation ne tient pas compte d’examens utiles tels que les “diagnostics fins”. L’association professionnelle regroupe quelque 10 000 médecins de diverses disciplines, assistants médicaux, scientifiques et techniciens.

Dans les diagnostics fins, des experts certifiés en échographie (DEGUM niveaux II ou III) examinent les organes de l’enfant pour détecter des malformations selon les normes de qualité les plus élevées. “Cela nous permet d’exclure jusqu’à 95 % de toutes les anomalies organiques”, souligne le Dr Kai-Sven Heling, membre du conseil d’administration de la DEGUM à Berlin.

La version révisée des lignes directrices sur la maternité de 2013 décrit explicitement cet examen comme un éventuel “service de santé individuel” (IGeL). Pour les soins standards à ce moment de la grossesse, ils prévoient une échographie de base prolongée sur demande.

“Cependant, l’échographie de base étendue ne comprend pas un examen complet du cœur, ni n’évalue les bras et les jambes ou le visage du fœtus”, se plaint Heling. En outre, les critères de qualité appliqués sont relativement faibles. “Cela nous maintient en dessous du niveau actuel des possibilités et nous fait peut-être perdre un temps précieux dans le traitement des malformations”, explique l’expert. Dans le cas des ultrasons, l’expérience de l’examinateur et la qualité du matériel utilisé sont particulièrement importantes.

“DEGUM” défini des normes de qualité claires.

L’importance des normes de qualité pour les diagnostics prénataux est démontrée par les résultats de l’étude PAN sur la fréquence des malformations cardiaques congénitales en Allemagne.

Selon l’étude, 60 % des enfants nés avec une malformation cardiaque congénitale grave entre juillet 2006 et juin 2007 n’ont pas été diagnostiqués avant leur naissance. “Et ce malgré le fait que presque tous les enfants ont subi un examen prénatal”, explique Heling.

Le fait de ne pas détecter une grave anomalie cardiaque met souvent la vie des enfants en danger. Si la malformation cardiaque est connue, les parents peuvent chercher une maternité où le bébé pourra être soigné par des spécialistes après la naissance et, si nécessaire, être opéré immédiatement.

“Pas de service de vote payant”

“L’introduction de l’échographie de base étendue il y a trois ans pourrait augmenter le taux de détection des malformations cardiaques congénitales et autres malformations.

Cependant, pour nous, ce changement de directives en matière de maternité n’était qu’un compromis”, explique le professeur Dr Renaldo Faber, médecin prénatal de Leipzig et chef de la section de gynécologie et d’obstétrique de DEGUM. “Les soins prénataux de qualité, tels que les diagnostics fins, ne devraient pas être une option payante pour les assurés en Allemagne, mais la règle. À notre avis, cet examen est un élément indispensable d’une prise en charge préventive globale”, affirment les experts de la DEGUM.

En plus des diagnostics fins, le “dépistage au premier trimestre” entre la 12e et la 14e semaine de grossesse est également l’un des services avantageux de l’IGeL, explique le professeur Dr. Med Peter Kozlowski de Düsseldorf, membre du conseil d’administration de la DEGUM.

Le dépistage comprend une échographie et une analyse de sang, sur la base desquelles le développement de l’enfant à naître peut déjà être évalué, un certain nombre de problèmes détectés et si souhaité le risque de certaines maladies génétiques déterminé.

“Le dépistage est d’une importance capitale pour de nombreuses femmes enceintes lorsqu’il s’agit de décider quels autres tests de diagnostic subir pendant la grossesse”, a expliqué le spécialiste.

Le MDS avait évalué deux examens et une étude individuelle pour son évaluation. L’accent a été mis sur les avantages d’une procédure spéciale d’échographie Doppler et d’un examen échographique 4D dans le cadre des soins prénataux.

“Nous sommes également d’avis que la télévision pour bébés ou d’autres examens qui ne sont effectués que parce que les parents veulent revoir leurs enfants sont des services classiques d’IGeL et devraient le rester”, commente M. Faber. “Cependant, lorsque nous parlons d’examens complémentaires par ultrasons, nous devons également nous pencher sur les diagnostics fins et le dépistage au premier trimestre et c’est là qu’une évaluation scientifique aboutirait à une conclusion différente”, insista l’expert.