Transplantation de l’utérus : la solution pour combattre l’infertilité

Publié le : 23 mars 20216 mins de lecture

La naissance d’un enfant est un magnifique événement à célébrer qui relève, parfois, du miracle.

Un autre petit miracle s’est produit il y a près d’un an au Brésil.

Un bébé est né après une insémination artificielle utilisant un utérus transplanté à partir d’un donneur en état de mort cérébrale.

Jusqu’à présent, cela n’était possible que par une transplantation d’utérus provenant d’un donneur vivant.

La première naissance vivante réussie a eu lieu en 2014 à la suite d’une transplantation utérine provenant d’une donneuse vivante postménopausée.

Environ 3 à 5 femmes souffrent d’infertilité utérine absolue.

Diverses maladies telles que l’agénésie utérine congénitale (syndrome de Mayer-Rokitansky-Küster-Hauser), une malformation utérine congénitale avec utérus hypoplasique, utérus unicornis ou bicornis, des adhérences intra-utérines ou un léiomyome.

La première transplantation utérine a été effectuée en 2000, mais malheureusement, en raison de changements nécrotiques dans l’utérus transplanté, il a fallu procéder à une ablation chirurgicale.

Une autre transplantation utérine a été effectuée en 2011.

Une naissance vivante ne pourrait pas être obtenue par celui-ci.1,3

Transplantation d’utérus avec complications

Les transplantations utérines de donneurs vivants n’ont pas toujours été couronnées de succès.

Il y a également eu des complications postopératoires chez les donneurs.

Les complications documentées pour les donneurs sont la lacération urétrale et la fistule urétéro-vaginale.

De plus, la longue durée de l’opération est associée à un risque anesthésiologique.

L’état psychologique des donneurs dépend aussi souvent du succès de la transplantation.1

La survie du greffon dépend de la durée de la période d’ischémie froide

Lorsqu’un utérus provenant d’un donneur décédé est transplanté, l’ischémie tissulaire de l’utérus est associée à un risque accru d’échec de la transplantation.

Les changements histologiques peuvent être détectés dans la greffe après seulement 12 heures d’ischémie froide.

Chez un donneur en état de mort cérébrale, une inflammation systémique est induite après la mort, ce qui peut également affecter négativement la fonction utérine ultérieure et la survie du greffon.

Protection des greffes par immunosuppression

La thérapie immunosuppressive ne nécessite généralement qu’un dosage élevé au début et peut ensuite être réduite lentement au fil du temps jusqu’à atteindre le niveau présentant le moins d’effets secondaires tout en garantissant la protection du greffon.

Au cours du premier mois postopératoire, une thérapie d’induction immunosuppressive est administrée pour prévenir une réaction de rejet aiguë.

La thérapie d’entretien suit la thérapie d’induction.

Des corticostéroïdes, de la thymoglobuline, de l’azathioprine, de la cyclosporine et du mofétilmycophénolate sont utilisés.

Des biopsies régulières sont recommandées pour détecter à temps un rejet subclinique.1,3

Les immunosuppresseurs augmentent les risques prénataux

Le but de la transplantation utérine est la création d’une nouvelle vie.

Quelle est l’influence de la grossesse sur le rejet de la greffe ?

Quel est l’effet de la thérapie immunosuppressive sur la fertilité et l’embryon ?

Ce sont des questions importantes dont la solution détermine le succès de la thérapie.

Nous savons, grâce aux patients qui reçoivent un traitement immunosuppresseur à la suite d’une transplantation d’organe, que cela peut entraîner divers problèmes pendant la grossesse.

Il s’agit d’une grossesse extra-utérine, de l’hypertension artérielle, de la prééclampsie, de la fausse-couche, de la naissance prématurée, de la mortinaissance, des malformations et des défauts neurocognitifs de l’enfant.1

Un enfant en bonne santé malgré les médicaments immunosuppresseurs

En 2014, la première naissance vivante d’un enfant sain après une transplantation d’utérus à partir d’un donneur vivant a été réalisée.

La future mère a reçu du tacrolimus, de l’azathioprine et des corticostéroïdes pendant sa grossesse.

Une légère réaction de rejet pourrait être contrôlée par l’administration intraveineuse de corticostéroïdes.

La patiente a souffert de pré-éclampsie et a donné naissance à l’enfant sain par césarienne.2

Références

1. Ejzenberg D. et al. (2018). Naissance vivante après une transplantation d’utérus d’un donneur décédé chez une receveuse présentant une stérilité utérine. The Lancet. Dezember 04, 2018.

2. Brannstrom M. et autres (2015). Naissance vivante après une transplantation d’utérus. Lancet. 2015;385(9968):607–616.

3. Johannesson L. et autres (2016). Transplantation de l’utérus : progrès actuels et perspectives d’avenir. Int J Womens Health. 2016 ; 8 : 43–51.

Plan du site